Accueil > Actualités > Manioc : la Côte d’Ivoire atteint une production annuelle de 2,4 millions de (...)

Manioc : la Côte d’Ivoire atteint une production annuelle de 2,4 millions de tonnes

lundi 23 mars 2015 , par Ministère du Commerce

La production annuelle du manioc ivoirien a atteint 2,4 millions de tonnes, a annoncé, mercredi, le Président du Conseil d’administration (PCA) de l’Interprofession de la filière manioc de Côte d’Ivoire (IFIMACI), Glouê Diby

En Côte d’Ivoire, le manioc se situe au deuxième rang des cultures vivrières après l’igname avec une production annuelle de 2,4 millions de tonnes , déclaré M. Diby lors de la cérémonie de lancement de Manioc business forum (Mabufor) visant la promotion de cette denrée alimentaire.

Selon lui, les études, les recherches et les projets ont jusque-là porté surtout sur les aspects agronomiques et les techniques de transformation.

Toutefois, a déploré le PCA de l’IFIMACI, même si les surfaces cultivées ont tendance à augmenter, il manque l’impulsion nécessaire pour dynamiser la filière au profit d’un réel développement économique de la Côte d’Ivoire .

Glouê Diby, par ailleurs Commissaire général du Mabufor a en outre expliqué que ce Forum vise de façon spécifique, "à valoriser le grand potentiel de la filière manioc dans ses multiples domaines d’utilisation directe ou à partir des produits dérivés, à différentes échelles de valorisation notamment, locale, nationale, régionale et internationale".

Il a également indiqué que le Mabufor se positionne comme l’alternative pour apporter une réponse concrète aux dysfonctionnements dont souffre cette filière très porteuse du manioc et souligné la volonté de l’Interprofession d’en faire un produit de très grande consommation et de produits d’avenir.

Il s’agit surtout de dépasser la vision traditionnelle trop étriquée du manioc comme denrée de second choix, vecteur de la sécurité alimentaire en période de soudure ou de crise. Le développement de la filière manioc gagne à être promu au niveau national à plusieurs égards et devrait définitivement permettre de passer du stade de culture vivrière secondaire à un stade de véritable culture industrielle , a-t-il expliqué.

Source : http://www.koffi.net/